La colère des enfants

Partage d'un article des Vendredis Intellos sur la colère des enfants par Brigitte Oriol (parce que le reblogghing n'a pas fonctionné) Un article clair à base de réflexions faites à la lecture d'un texte d'Alice Miller sur la colère des enfants. Quelques éléments : la colère est une émotion légitime, avant 7 ou 8 ans le … Lire la suite La colère des enfants

Publicités

Les caprices des enfants, ça n’existe pas  ! 

Un article d’Happynaiss sur les caprices en tout genre. L’article débute par une transposition dans la vie d’adulte. Je pense que tout le monde peut s’y reconnaître, que ce genre de réaction est arrivé au moins une fois.

Si vous ne devez pas tout lire, retenez au moins ceci :

C’est le but ultime de tout comportement de l’enfant:avoir une place et apporter une contribution unique et valorisée au sein d’un environnement social, de la « communauté » de l’enfant, et donc de ses parents au tout premier plan. Pour ma part, j’intègre cela dans un besoin plus global de se sentir réellement aimé, de sentir qu’on compte pour ceux qui compte pour nous, tout simplement.

Happynaiss continue ensuite en donnant l’exemple de l’enfant qui refuse de manger, en lien avec les objectifs mirages (autre exemple vécu de ces objectifs mirages sur apprendreaeduquer, et un article plus général sur papapositive)

Derrière un même comportement, il y a beaucoup d’explications possibles, qui appellent des mesures « immédiates » différentes (j’en parlerai dans mon prochain article) mais la base, l’origine, le fondement, le problème de long terme : c’est le sentiment qu’à l’enfant de ne pas appartenir, de ne pas avoir d’importance. C’est lui le vrai problème qui a besoin d’être adressé, la maladie ; les comportements sont seulement des symptomes !

Et elle conclut sur :

on comprend mieux que ce n’est pas être laxiste que de câliner un enfant qui fait une colère ou qui tape, c’est prendre le problème à la source, adresser la « maladie » et non le symptôme.

Voilà. Je réalise que j’ai fait un résumé d’un article de blog qui reprend des idées d’un livre, mais c’est une formidable réponse à tous ceux qui ont des questions à poser/commentaires à faire/critiques à émettre sur l’éducation que nous choisissons de donner à notre fille.

(Je pense notamment à ce dimanche à hurler sous la pluie dans la rue, en se roulant par terre… Et à la dame, très gentille, qui l’a menacé d’appeler Super Nanny : aaahhh! c’est moi qui ait peur 🙂

 

L’image d’illustration sur mon blog provient du site apprendreaeduquer, et d’un autre article sur les objectifs mirages et les émotions qui en cachent d’autres. A lire et relire également !

Happynaiss

La figure d’attachement: oui, et après?

Vous avez été très nombreux et nombreuses à réagir à mon article surla figure d’attachementet à me faire part de votre soulagement face à l’explication de ce phénomène de décharge souvent mal interprété (et j’en suis ravie, un pas vers la paix des foyers!).

J’ai aussi reçu des questions, des demandes de conseils et des remarques qui m’ont montrées qu’il était nécessaire d’aller un peu plus loin etde poursuivre sur le sujet de ces «crises» de nos enfants qui nous dépassent, sur ces fameux «caprices»(mot que je déteste)en tous genreset sur les réactions à avoir.En effet, certains d’entre vous m’ont dit «Mais comment vont-ils comprendre qu’ils ne doivent pas se comporter ainsi, si on ne dit rien, si on câline et qu’on laisse passer leurs caprices ?».

Effectivement, avec nous (figure d’attachement) les enfants sont…

View original post 3 517 mots de plus

Non non non : la phase d’affirmation

Dimanche de Pâques, famille à la maison. Ma belle-sœur me demande si notre fille de 2 ans et demi tout pile aussi dit non à tout. J'allais répondre oui puis j'ai réfléchi, tentant de me souvenir de la dernière fois. En fait, elle a cessé d'opposer un non systématique... pour varier avec des "c'est moi qui décide", ou … Lire la suite Non non non : la phase d’affirmation

Parce que je suis pas gentille !

Un lundi de novembre... Elle a encore mordu à la crèche ! Et griffé ! Le mercredi précédent, elle avait mordu. Le vendredi, griffé (une amélioration quand même!) Aujourd'hui, coup double ! Quand les puéricultrices de la crèche me l'annoncent, ma fille est plongée dans un dessin. Elle m'a demandé d'attendre un peu avant de venir. … Lire la suite Parce que je suis pas gentille !

Dans le bus – 2 anecdotes en une

Deux anecdotes en une : l'incivilité croissante (à moins que ce ne soit mon pouvoir d'invisibilité qui monte en puissance ?) et les crises de décharge dans un lieu bondé. Un lundi de novembre - 17h25. Une petite pluie froide nous cueille à la sortie de la crèche. La Miss est en extase devant ses nouveaux gants, … Lire la suite Dans le bus – 2 anecdotes en une

Accompagner une crise de rage de votre enfant

Un texte de Ensemble naturellement, à garder aimanté au frigo, étant donné que les crises de colère ne sont pas rares en cette saison d’autonomie grandissante, de désirs, de frustrations.

Dans cet article, il est rappelé que la colère est une émotion valide et utile, qui sert à décharger. Les crises de rage sont donc des « cadeaux » : l’enfant se sent assez en sécurité pour confier ces émotions.

Et ne pas oublier de bien respirer pour gérer ses propres émotions dans ces moments-là…

3-disney-inside-out-characters-anger-preview

ENSEMBLE NATURELLEMENT

Ce n’est pas chose facile que d’accompagner la crise de rage d’un enfant: cris, hurlements, peut-être des gestes brusques voire le besoin de jeter des objets, de taper.

Dans notre société, nous avons tendance à valoriser les émotions calmes. La colère peut être perçue comme dérangeante, et difficile à accepter et à accueillir.

Cependant, c’est un sentiment, comme la joie, la tristesse ou la peur. Et comme, tous les autres sentiments, il est utile de l’écouter, car derrière la colère se cache des choses qui ont pu être contenues et qu’il est bon de décharger, d’évacuer pour ne plus contenir tout cela.

« Les parents sont souvent très inquiets face à ces scènes extrêmement bruyantes. Il ne s’agit cependant pas de « caprices », ni de troubles pathologiques du comportement, mais d’une conséquence de l’immaturité du cortex préfrontal et des circuits relayant l’information entre le cortex et le système limbique. Le cerveau supérieur…

View original post 1 310 mots de plus