Pratique, Revue de web

Quels vêtements pour bébé [Minimalisme] ?

Dans la série Si c’était à refaire, le poste peut-être le plus dispendieux, très chronophage et certainement le plus gourmand en espace : les vêtements.

Empaqueter les superbes pyjamas même pas déballés, le petit gilet sans manches jamais mis, la robe enfilée une fois… Un crève-coeur. Sans même mentionner la corvée de lavage/accrochage/pliage/rangement induit par tant de vêtements. Alors qu’en fait, tu te cantonnes rapidement au plus pratique (#pyjamas). Beaucoup de vêtements = beaucoup de temps. Du plaisir aussi, mais il y a bien d’autres sources de plaisir.

C’est ton premier enfant. Deux options, qui ne s’excluent pas :

  • tu crois que les bébés se salissent tout le temps, en bavant, en régurgitant, en faisant des cacas qui débordent
  • tu craques pour toutes ces jolies choses à lui mettre (+ 10 si tu attends une fille : elles peuvent mettre les vêtements garçons ET les vêtements filles)

Est-ce que tu en auras assez ? Tu songes aux éventualités avec angoisse : avec un bébé, tu n’auras pas le temps de refaire les boutiques s’il te manque un pyjama; tu sais qu’on va t’en offrir, mais si tout le monde te prend un pyjama trois mois et que tu n’as rien en 6 mois, et qu’il n’y a plus de brocantes (que tu ne t’imagines pas faire avec nouveau-né d’ailleurs)… Ou il n’y a que moi qui ai stressé ainsi ?

Non ma chérie. C’est même l’inverse.

Ces angoisses disparaîtront, mais tu as raison de profiter de la saison des brocantes pour faire le plein à petits prix. Sache que plus l’enfant est jeune, plus il grandit vite = les vêtements en petite taille sont très peu portés. Tu trouveras des bodys et pyjamas en parfait état à 50 cts ou 1 € sur les brocantes. Tu vas acheter tout le nécessaire et un peu plus, puis apprendre que ce sera une fille et repartir sur les brocantes pour craquer sur les robes et les machins roses.

5 ans plus tard, tu marches de profil sur ton palier encombré de sacs et de caisses sur 2m de haut, tous remplis de vêtements à peine portés. Des neufs avec étiquettes, des neufs sans étiquettes parce que tu les as lavés juste après achat (erreur de débutant : attendre d’être sûr d’utiliser avant de la laver). Des quasi-neufs, portés 1 ou 2 fois pendant la période où tu as varié les tenues exprès pour profiter de toutes ces jolies fringues. Absolument tous encombrent aujourd’hui ta maison (heureusement que tu en as déjà donné un tiers à des associations).

Que faire de toutes ces habits ? Plusieurs options : dons aux proches, brocantes, dons aux assos, sites de revente en ligne, boutiques de dépôt-vente en ville… ou garder pour un autre enfant. Le mieux, c’est quand même de prendre le mal à la racine. Alors on va discuter du moment crucial : le moment de l’achat.

La liste idéale minimaliste de vêtements pour bébé ?

J’ai passé des heures à chercher des listes d’essentiels pour les vêtements d’enfant. Il n’y en a pas. Cela dépendra de :

  • ta façon de gérer les lessives
  • d’aimer ou non l’habiller (envie qui passe généralement au 2e enfant ou quand on reprend le boulot : on veut juste gagner du temps)
  • Ton degré d’anxiété. Exemple vécu. Notre fille pesait 3,4 kg = nous avions acheté uniquement du 3 mois (comme je le conseille ci-dessous). Jour 2 : appel au secours pour que la tata m’offre des pyjamas taille 1 mois. Je n’étais pas à l’aise avec l’habillage de ma fille en vêtements trop grands. Oui, je sais, c’est con.
  • du pouvoir de se salir de ton bébé (qui augmente avec l’âge) (et la diversification). Notre fille ne régurgitait pas, ne mangeait pas ses chaussettes, et ne faisait caca qu’une fois par semaine (le jour de la crèche, youpi !). Inutile de changer de bodys et de chaussettes chaque jour dans ces conditions. Mais quand on a attaqué la diversification par l’enfant… je pouvais la changer après chaque repas (mais j’ai préféré l’emballer dans d’immenses torchons).
  • si tu suis le rituel de changer de vêtements matin et soir (et encore, tu peux reprendre les vêtements de la veille), qui aiderait l’enfant à trouver son rythme. Je n’ai rien constaté de probant mais c’est difficile à évaluer. Et vient un moment où on tenterait n’importe quoi pour qu’il dorme, faut avouer.
  • le mode de garde. Cela me gênait (à tort ?) de laisser mon bébé en pyjama à la crèche, ou de ne pas lui mettre un haut différent chaque jour (alors que les bébés ne suent pas). Est-ce seulement moi ?

Bon à savoir :

  • Les premiers vêtements sont à prendre directement en taille 3 mois, en roulottant les manches les premières semaines.
  • La taille 9 mois est inutile. Enfin si on t’en offre ou que tu tombes sur une affaire en brocante ok, c’est toujours agréable d’avoir des vêtements à la bonne taille, mais sinon ne vous embêtez pas avec : les enfants grandissent vraiment (trop) vite.

Quelles matières privilégier ?

Les tissus bios ! L’avantage de prendre moins d’habits est de pouvoir se concentrer sur la qualité. Ou pas selon son budget (comme nous en fait). D’où l’intérêt d’acheter du déjà porté, de la seconde ou troisième main, de l’occasion : en plus d’être bon pour la planète (la culture du coton consomme énormément d’eau), les produits néfastes (cancérigènes, perturbateurs endocriniens, bactéricides…) sont moins présents à force de lavages… et puis ça fait moins mal au coeur quand l’habit est tâché/troué. Ou quand tu réalises que tu n’as aucune occasion en vue de lui mettre cette superbe robe Catimini (ce matin, ma fille est partie à l’école habillée comme pour un mariage) Prends les bodys (et les pyjamas d’été) en blanc et en coton : plus facile à laver à 60° pour faire disparaître les tâches (c’est d’ailleurs la raison pour laquelle les enfants étaient autrefois habillés en blanc).

Et la laine ? Même si je voulais une peau de mouton (seul achat que j’ai regretté de ne pas avoir fait), je ne connaissais pas la laine (à part que ça pousse sur les moutons et qu’on en fait des pulls), et j’ai découvert toutes les propriétés de cette belle matière en m’orientant vers le minimalisme. Trop tard pour ma fille, pas pour partager :

  • thermorégulatrice
  • stretch
  • garde au sec
  • bébé n’est pas engoncé dans son gros manteau molletonné, avec autant de mobilité que le bonhomme Michelin (et tu galères moins à l’attacher dans son siège auto où tu dois régler les bretelles spécialement pour cette tenue) (d’ailleurs, laisser son manteau à bébé dans son siège est très dangereux)
  • se salit moins (il suffirait de les aérer régulièrement)

Le coût est élevé (surtout si on achète les merveilles vendues dans les magasins spécialisés), mais il est possible de s’épargner ainsi l’achat de plusieurs pyjamas, chancelières, collants… Minuscule infini en parle très bien, Petits diables aussi.

Il y a aussi le polaire, pour sa capacité à tenir chaud et à sécher très vite. Bof pour la pollution des océans cependant (ce n’est pas de la laine mais du polyester). Depuis deux ans, nous achetons une polaire imperméable pour la mi-saison de la marque Quechua. Ils sont beaucoup mieux pensés et coupés (capuche, poches, imperméabilité…) que les manteaux d’autres marques enfant.

Ma liste de vêtements 0 à 3 ans (jusqu’à l’entrée en maternelle)

Ce n’est donc pas une liste idéale (y en a pas, j’te dis), et on peut faire mieux avec beaucoup moins, et inversement (?! si toi aussi tu t’y perds…). Cette liste inclut une lessive par semaine maxi, avec possibilité de couches qui débordent et de gros vomis.

Avant tout, assurons-nous de parler de la même chose avec ce lexique des vêtements (turbulette, késaco ?) et un guide des tailles. Tout le monde est prêt ? On y va.

  • 3 à 5 bodys en coton blanc ou en laine
  • 3 à 5 pyjamas, en coton léger l’été, en velours au printemps (ou jambières + brassières en laine au-dessus du body, été comme hiver)

Pour les parents débutants, on peut monter à 10 bodys et 10 pyjamas dans les premières tailles (3 mois, 6 mois, 12 mois), c’est assez pour tenir une semaine sans lessive, tranquillement, en parant à tout débordement de couche, panne de machine à laver, oubli des affaires chez les grands-parents…

Pour les bodys et les pyjamas, les tailles 3M et 6M avec ouverture par-devant si possible. Certains bébés ne supportent pas les vêtements qui s’enfilent par la tête (on avait prévu, mais aucun problème pour notre fille)(faut le dire aussi quand ça va bien).

  • 3 brassières cache-coeur en laine
  • 3 paires de jambières en laine
  • 3 paires de collants en laine
  • 3 paires de chaussettes (+ 3 dans la taille au-dessus), si possible en laine tant qu’il ne marche pas : ça tient bien chaud au pied. Pas la peine d’investir dans des chaussons (encore moins des chaussures) avant la « vraie » marche (arrivée à 10 mois chez nous, z’avez le temps)
  • 1 bonnet en laine bien douce, car bébé ne peut pas réguler sa température (jusque 2 ans environ) et que la plus grosse déperdition de chaleur se fait par la tête)
  • Une paire de gants, en laine, également pour la déperdition de chaleur.
  • 2 tenues pour sortir : c’est le moment de se faire plaisir. Mais tu peux t’en passer, soit parce que tu t’en fous, soit parce que tu as déjà investi dans de beaux pyjamas.
  • 1 gigoteuse en laine, évolutive comme celle de Manymonths. 2 si tu prfères le coton et que tu n’as pas de sèche-linge.
  • 1 couverture en laine, pour le portage, le dodo…
  • 1 combinaison si possible en laine souple

C’est plutôt dans le sens inverse : tu l’habilles avec une jolie tenue et des tresses bien faites, et tu la retrouves en haillon et ébouriffée (mais heureuse)

Et à l’école ?

Alors là… Ton enfant devra dans l’idéal être en jogging/baskets tous les jours, sans crainte de la peinture, dans un style propre et bien habillé si tu veux te faire accepter des autres parents d’élèves (j’exagère à peine). Et très vite, ces vêtements devront plaire à celui qui les porte tout en ne le restreignant pas dans ses activités : un pantalon en toile de chez Sergent major/faire le lion à quatre pattes sur le macadam de la cour, une robe Catimini/atelier peinture, un chemisier Jacadi/pâtes bolognaises à la cantine, etc. Vive l’occasion, je te dis !

Non, je n’ai pas oublié les grosses pièces

Même si nous en avons utilisées, nous ne le referions pas :

  • une combi pilote. C’est inutile quand on porte (à remplacer par jambières et couverture de portage), nul pour la motricité, et carrément dangereux en voiture (couverture de portage au-dessus, peau de mouton en-dessous)
  • une chancelière ou un nid d’ange (utile que pour la poussette, se remplace par la peau de mouton, et la couverture de portage)

Une liste (non exhaustive) de listes (minimalistes) :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s