La politique de la sieste

Sachant que notre fille (2, 5 ans et quelques) dort 12 à 13h par nuit, je comprends mieux qu’elle n’ait (presque) pas besoin de sieste. Elle s’endort généralement vers 16h30 ou 17h, même levée à 9h30, même après trois heures de promenade en ville, sur une brocante ou un festival. En semaine, avec la crèche, elle dort plutôt 11h par nuit.

Mais sieste obligatoire à la crèche. Les enfants dormant dans leur espace de vie, il n’y a pas d’exception. Sauf que notre fille n’a pas envie de dormir, discute, fait aboyer ses peluches, invente des histoires… Et se fait crier. « A la crèche des vacances, j’ai le d’oit de prend’ un livre pour le dodo ». Je vais négocier ça peut-être.

Elle a peur d’être grondée par la maîtresse si elle ne fait pas la sieste à l’école. Le rythme à l’école sera plus cool : un réveil à 7h15 (comme aujourd’hui), départ de la maison à 8h15 (au lieu de 8h) et retour à 17h45 (au lieu de 18h). Ce qui permet une extinction des feux à 20h après jeux, repas… A l’autre extrême, il y a les parents qui ont des amplitudes horaires de travail plus larges et/ou un temps de trajet important. Ce qui peut donner un lever à 6h30 et un retour à la maison à 19h30 (et coucher 1h plus tard minimum). Donc oui, il faut offrir aux enfants la possibilité de faire la sieste.

Possible oui, mais obligatoire ? Il n’y a pas de texte officiel, mais des recommandations. Le site Education.gouv.fr rappelle que :

Si les besoins de chaque enfant sont variables, il importe de prendre en compte les besoins généralement constatés :

  • le temps de sommeil d’un enfant de 2 ans est environ de 13-14 heures et de 12 heures pour les enfants de 3 à 5 ans
  • jusqu’à l’âge de 4 ans, la majorité des enfants a besoin d’un temps de sommeil dès la fin du déjeuner : une sieste d’une durée d’une heure trente à deux heures correspond à un cycle de sommeil et permet à l’enfant de se sentir reposé
  • Le respect de ces besoins assure l’équilibre des enfants et leur permet d’être disponibles pour les apprentissages.

Notons « la majorité des enfants ». Pas tous. La majorité. La moitié + 1.

Le temps calme est essentiel et doit primer sur les autres activités. Je me souviens, en accueil de loisirs, de parents qui tentaient de nous interdire de proposer une sieste aux petits (3 à 5 ans), sous prétexte qu’ils s’endormaient ensuite tard le soir. Mais leurs enfants dormaient sans difficulté lors de la sieste… c’est donc qu’ils en avaient besoin. CQFD.

Parenthèse : ceci est à nuancer avec cette étude qui met en cause le lien entre la sieste après 2 ans et une moindre qualité de sommeil nocturne (à lire aussi sur Sciences & Avenir, décidément!)

Revenons à nous (c’est bien le sujet de ce blog 😉 Disons qu’à la rentrée, à 3 ans, notre fille aura besoin de 11 à 12h de sommeil. Au dodo à 20h, lever à 7h15, soit 11h de sommeil. Alors on supprime la sieste (mais il lui manque 1h) ? On la couche 1h plus tôt (18h30 ?!)? Ou plus tard (encore pire)? Peut-être sera-t-elle plus fatiguée par le rythme de l’école que par celui de la crèche ? Je doute que le changement soit très important. alors qu’elle est en crèche depuis ses 4,5 mois, et dans une « grande crèche » (60 enfants en tout) depuis ses 1 an.

Edit de janvier : Eh bien si ! Elle a eu du mal au début, surtout que les grands jouent dans la cour pendant ce temps là, mais elle y dort bien maintenant, comme l’avait prédit sa maîtresse quand je lui en avais parlé en juin. Elle ne fait plus de sieste à la maison mais en a besoin à l’école. AU début, on a dû la coucher vers 21h, pour qu’elle soit plus fatiguée. Puis nous sommes revenus à ujn coucher à 20h30 max et ça se passe bien.

Enfin, comme cela est déjà recommandé, un enfant qui ne dort pas au bout d’environ 20 minutes doit pouvoir se lever tout en pouvant bénéficier d’un temps de repos qui n’est pas la sieste.

Ca me semble un bon compromis. Même si 20 minutes, ça doit être long à cet âge. Le sommeil est trop important pour qu’elle le prenne en grippe. Peut-être pourra-t-elle intégrer la moyenne section le temps de la sieste, et nous verrons comment cela se passe. Peut-être verrons-nous selon les jours, si elle nous refait une poussée de croissance (en mars dernier, 15 heures d’affilée… et nous avons dû la réveiller), si elle a mal dormi… J’attends avec impatience la réunion collective du 24 juin à l’école maternelle pour discuter de la politique de sieste.

Pour l’anecdote, je ne faisais pas non plus la sieste à l’école maternelle. Je ne sais plus quel était mon âge. C’était dans mon village de Champagne, donc peut-être la petite section à 3 ans ? Sieste obligatoire, derrière des draps au fond de la classe, pendant que les « grands » continuaient leurs leçons. Je ne voulais pas dormir. Equation facile : j’ai crié (hurlé à gorge déployé) non stop (le fameux cri aigu qui dure, qui crispait déjà mes parents). Sur le mode « puisque vous voulez que je dorme, personne ne dormira« . Je n’ai plus jamais fait la sieste. Je crois que je rentrais à la maison. Je n’ai jamais (jusqu’à ma grossesse) beaucoup dormi, appréciant le calme de la nuit et ces moments de liberté où personne ne va vous dire de faire ceci ou cela, où on peut lire/jouer sur le PC en paix avec sa conscience, puisque vous n’allez pas passer l’aspirateur ou faire la vaisselle à 3h du matin. Juste soi et un bon livre/jeu de rôle, dans la douceur de la nuit. Ah, ça me manque…

L’illustration est une infographie de Sciences & Avenir sur les besoins en temps de sommeil par tranche d’âge.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s