« C’est quoi ça ? » Une expression récurrente depuis plusieurs semaines. Jusqu’à présent, les réponses étaient simples : un koala, du maquillage, un tractopelle, etc. Hier, elle m’a collée. Elle a cessé de jouer avec ses cubes pour demander « Maman, c’est quoi amou’eux ? » Ma réponse concise (« euh… ») n’ayant eu d’autre résultat qu’une répétition de la question, j’ai brillamment lancé : « Chéri ? Ta fille a une question. »

Cette question prenait en fait racine un quart d’heure avant. Elle faisait un câlin à son « petit papa » (oui, elle dit ça, en lui caressant les cheveux, on ne sait pas d’où elle sort cette expression : encore un coup de Peppa Pig?), en excluant sa pauv’mère (« nan pas maman, que papa » me semble assez clair). Cette dernière a réagi avec beaucoup de maturité en faisant, à son tour, un câlin à Monsieur. Ce qui déclencha la jalousie de Monstrum Adorabilum.

Extrait du blog http://grumeautique.blogspot.fr/

S’ensuivit une explication sur le droit qu’a Maman de faire un câlin à son amoureux -Papa. « Nan, c’est Moi (on entend bien la majuscule quand elle parle d’elle) son amoureux » Qu’elle connaisse le concept ne nous surprend pas : la crèche, les grands-parents, etc. Elle nous surprend régulièrement par sa compréhension de choses jamais abordées par nous. « Non, toi tu es ma fille, Maman est mon amoureuse » (on a lu tout Oedipe, elle nous la fera pas !). Les choses sont recadrées, elle retourne jouer.

Je n’ai même pas le temps de m’inquiéter d’un éventuel début d’Electre, que 10 minutes après : Maman, c’est quoi amou’eux ? Euh…

(en gras, nos réponses à voix haute, en italique mon débat intérieur)

– Amoureux, c’est quand tu aimes très fort quelqu’un, je dis.

– Dans ce cas elle est aussi l’amoureuse de Papa, ou alors Papa aime plus Maman qu’elle puisque c’est son amoureuse, rétorque une voix paniquée dans un coin de ma caboche. On va la traumatiser ! Trouve vite un complément d’explication, on ne sait jamais ce qu’ils comprennent à cet âge.

– Ce sont les grands qui sont amoureux. C’est bien, ça.

– Ca limite un peu quand même, tu nies ses éventuels sentiments, toussa. Et c’est pas une explication, c’est un coup de « tu comprendras quand tu seras grande ».

–  OK. Quand on est amoureux, on a envie d’être ensemble.

– Comme les copains alors ?

– Zut. Disons qu’il faut être une fille et un garçon.

– Ah bravo l’ouverture d’esprit ! On démarre fort dans l’éducation ouverte d’esprit !

– Comme Tonton et Tata, Machine et Machin, Truc et Bidulle. Amoureux, c’est s’aimer très fort quand on est grand, tellement fort qu’ensuite on a envie de faire un bébé

– Est-ce que toi, tu es en train de dire à ta fille qu’un enfant est l’aboutissement naturel du couple ?

Mierdum !* Euh...

Ça a semblé lui suffire : pendant que je cherchais à compléter cette définition, elle a invité son père à jouer aux cubes. En tête à tête.

*A ma décharge, elle nous martèle depuis des mois la trinité maman, papa, bébé. Dès que 2 personnages de tailles différentes sont ensemble, c’est maman et bébé. Winnie, Tigrou et Porcinet ? Idem (Non, on n’a pas cherché à savoir qui était le Winnie, merci).

Publicités