Les enfants de vieux

« Nous allions voir un enfant de vieux […] J’imaginai qu’il serait tout rabougri, et qu’il aurait sans doute des cheveux blancs, avec une barbe blanche comme celle de mon grand- père – plus petite évidemment, et plus fine – une barbe de bébé. Ça ne serait pas beau. Mais il allait peut-être parler tout de suite, et nous dire d’où il venait ! Ça, ce serait intéressant. » Marcel Pagnol, La Gloire de Mon père

Si les « enfants de vieux » naissent imberbes, ils héritent d’une meilleure espérance de vie. C’est ce que démontre une étude sur les télomères transmis par les pères de près de 2000 enfants. Plus leurs pères étaient âgés lors de la conception, plus les télomères des enfants étaient longs.

Les télomères ? Situés à l’extrémité des chromosomes, ils sont un indicateur de notre âge biologique, et leur longueur est un indice de longévité. Ils raccourcissent à chaque mitose (division d’une cellule en deux cellules identiques), jusqu’à être trop petits, ce qui enclenche la mort de nos cellules (et donc le vieillissement, puis notre mort). Le blog SciencEtonnante compare le processus à une photocopie légèrement défectueuse:

Si on voit la réplication de l’ADN comme une sorte de photocopie, le rôle de la photocopieuse est tenu par une enzyme […] Pour faire son job de copie, cette enzyme doit parcourir l’ADN pour le lire. Mais quand elle fait cela, il y a toujours une toute petite partie d’ADN (correspondant à l’extrémité du chromosome) à laquelle elle ne peut accéder et qui n’est donc pas recopiée : la photocopie est donc un légèrement raccourcie par rapport à l’original. Comme l’ADN se raccourcit à chaque copie, la longueur des chromosomes diminue au fur et à mesure des divisions successives !

[…]Quand il y a eu tellement de divisions que les télomères sont complètement grignotés, les cellules se suicident pour éviter qu’une division supplémentaire ne viennent attaquer les séquences ADN importantes.

Concrètement, les télomères raccourcissent avec l’âge (et le mode de vie, mais c’est un autre sujet). Excepté les télomères des spermatozoïdes : eux s’allongent. Plus un homme vieillit, plus les télomères qu’il transmettra à son enfant seront donc longs, plus cet enfant bénéficiera d’une grande longévité.

Quel intérêt pour l’espèce ? Une hypothèse serait qu’une reproduction tardive est signe d’obstacles (sociaux, environnementaux…). L’enfant engendré devra à son tour vivre assez longtemps pour surmonter ces obstacles et perpétuer l’espèce.

Bémol : l’âge affecte la qualité du sperme, et des études soulignent l’accroissement des risques pour la santé des enfants.

Ma conclusion toute personnelle : 32 ans, c’est bien !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s