2/3 des filles de 10 ans aiment les sciences et les maths

En cette semaine de fête de la science, du 6 au 19 octobre 2014, petit arrêt sur ces stats : 66% des filles au CM1 disent aimer la science et les maths, alors que les femmes ne représentent que 18% des élèves d’écoles d’ingénieurs.

Ce spot veut souligner l’impact de ces phrases du quotidien : « ne salis pas ta robe », « donne la perceuse à ton frère »… Même si, évidemment, telle n’est pas l’intention des parents, les ambitions scientifiques des filles sont découragées, « ce n’est pas pour elles ».

L’idée est sympa : il faut attirer l’attention sur ces réflexes assassins de rêves au fémininMais…

Mais quoi ? En fait je ne sais pas quoi, juste le mais. Est-ce juste de la mauvaise humeur ? Un ras-le-bol de voir les filles réduites à des poupées à la tête vide, qu’il appartient à leur entourage de remplir (pas de blague graveleuse, je te vois ricaner, toi, oui toi, avec le polo rouge). On m’a dit de ne pas salir ma robe. Et on a dit à mon frère de ne pas salir sa chemise. Aucun de nous deux n’a écouté cette injonction d’ailleurs. J’ai eu le labo du petit chimiste, des voitures de Mask, et j’excellais en sciences et vie de la terre. J’ai quand même choisi la filière littéraire (parce que le bac D n’existait plus, et que les sciences physiques et moi n’avons jamais eu d’atomes crochus, arf arf)

Rien à voir donc avec ces fameuses petites phrases assassines. Mais alors, comment expliquer ces stats ? Je ne m’attarde pas sur le fait qu’on ne parle que d’écoles d’ingénieurs et non des études scientifiques en général. Le but de ces chiffres est d’interroger sur la faible part de jeunes femmes en école d’ingénieurs alors qu’enfant elles aiment autant les matières scientifiques que les garçons.

Et puisqu’on glisse de la science au féminisme… Ce matin je regardais la chronique d’Elsa des Maternelles sur Emma Watson, très bonne chronique sur un très bon sujet, le programme He for She.

Oui, le féminisme c’est penser qu’hommes et femmes ont les mêmes droits, qu’ils sont partenaires et non adversaires pour faire avancer le monde. Non, le féminisme n’est pas un complot pour l’avènement d’une société matriarcale. Oui, on peut être féministe avec ou sans poils. Avoir une fille, l’habiller en rose parce que ça lui va bien au teint, et lui acheter des pulls au rayon « garçon » parce qu’on aime le motif.

Mais le féminisme, c’est également penser que nos fils doivent être bien dans leur peau pour que nos filles puissent vivre libres et heureuses (et eux aussi). Qu’apprendre l’égalité aux enfants, c’est ne pas leur dire d’être fort « comme un homme », et d’être gentil avec les filles pauvres-petites-choses-émotives-et-fragiles… Offrir à chacun la liberté d’être qui il est, sans être opprimé par les préjugés. Et la lutte contre les préjugés passe par l’éducation (ce qui me fait penser à la manif pour tous de dimanche, mais si je tombe dans ce sujet…).

Note pour moi-même : arrêter de dire à ma fille « il pleure, mais c’est normal : c’est un garçon ! ». J’avais lancé ça pour « rire » il y a six mois, alors qu’elle regardait effarée un petit garçon pleurer à la crèche. Et depuis, dès qu’un enfant pleure à proximité, c’est toujours un garçon ! Il ne manquerait plus qu’elle intègre ce préjugé, j’aurais l’air maligne…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s